SALON DU CHOCOLAT À LILLE

QUAND LA GOURMANDISE ENVAHIT LES PODIUMS!

Après Paris ou New York, c’est à Lille que le Salon du Chocolat est venu s’installer du 4 au 6 mars 2011. Jeudi soir et en avant-première pour Pose Mag et quelques autres privilégiés, votre serviteur assistait au défilé de mode organisé dans le cadre de l’événement. L’occasion de découvrir des tenues aussi glamour que gourmandes, nées de la confrontation entre chocolatiers et jeunes créateurs du Nord-Pas de Calais.

Si le Salon du Chocolat est avant tout le rendez-vous annuel des fous de cacao, chacune de ses éditions est également l’occasion de faire se rencontrer talents de la mode et chocolatiers de prestige autour de pièces uniques présentées lors d’un défilé-spectacle.

Pour cette première édition lilloise, ce sont les Maisons de Mode de Lille-Roubaix qui ont été associées au projet. Treize créateurs de l’incubateur de talents se sont ainsi prêtés au jeu du stylisme gourmand, conjuguant leur créativité au savoir-faire des chocolatiers de la région Nord-Pas de Calais, avec qui ils ont imaginé et réalisé des tenues en chocolat s’articulant autour du thème du cirque.

Le défilé, scindé en différents tableaux, a offert son lot de plaisirs gustatifs, olfactifs et visuels, tandis qu’une acrobate ébouriffée de tulle jouait l’oiseau de paradis sur un trapèze ou le long d’une corde. Le premier tableau, baptisé « Circus », aura ainsi entre autres permis de découvrir un clown tout de cacao vêtu, fruit de la collaboration entre les Caprices de Manon et Pl(a)stic.

Un peu plus tard, prenant place parmi « les Farfadets » du second tableau, c’est l’œuvre de Cémoi et Peggy H. (conçue avec la participation de Valériane Dousse) que l’on a notamment pu admirer. Baptisée Nounours Oddity, elle rendait comme son nom l’indique hommage à la plus célèbre des guimauves recouverte de chocolat, avec une robe cloche entièrement tapissée des mythiques nounours de notre enfance.

Clous du défilé et du dernier tableau, la création Lady Bird, tout droit sortie de l’imagination de la Pâtisserie Jeanson et de Mister Crochet, proposait une robe-cage en chocolat, emprisonnant en son sein plusieurs colombes, tandis que la Danseuse de corde, signée Benoît Chocolatier et Orlanne Herbin, arrivait sur scène sur des pointes, telle une figurine de boîte à musique.

Des étoiles plein les yeux et l’eau à la bouche, c’est tous les sens en éveil et le sourire aux lèvres que l’on quittait cette rencontre aussi surprenante que réussie entre deux arts, mariés ici pour le meilleur et rien d’autre. La preuve : les créations d’Ystérique et de Mister Crochet sont parties à Paris, où elles seront présentées lors d’un futur salon du chocolat.

Romain Morinière

Photos : Sébastien Gras Photographe

One thought on “SALON DU CHOCOLAT À LILLE

  1. C’est beau. Ça a un côté magique et enfantin. Mais surtout : Ça donne envie ! Je ne sais pas si je parviendrai à m’empêcher de croquer dans le chocolat si j’étais l’une de ces mannequins, moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *