LES 5 FAÇONS DE JUSTIFIER SES ACHATS PENDANT LES SOLDES

Souvenez-vous, il y a quelques jours, Pose Mag vous proposait une méthode pour bien vous préparer aux soldes. Alors que la dernière ligne droite est amorcée, et qu’il ne vous reste plus qu’une semaine pour terminer vos achats à prix réduits, Pose Mag vous propose aujourd’hui 5 façons de justifier vos derniers coups de folie shopping!

Ça y est: blackout total, craquage complet, instant de folie… Un cataclysme qui sommeillait en nous s’est déclaré. Il faut dire aussi que pendant quelques jours, on s’est bien retenu. Allant jusqu’à se dire “Les soldes ? Quoi ? Non voyons… C’est nul, il n’y a jamais rien, et puis je me réserve pour la nouvelle collection”, histoire de combler le manque d’arguments et d’argent sur le compte en banque. Pour cela, on a même, au péril de sa vie, tenté d’éviter les magasins: en marchant au milieu de la route par exemple et en regardant ses chaussures pour éviter de voir les énormes affiches qui disent presque “Viens donner ton âme au diable”… Ouf!

Mais aujourd’hui: c’est le drame. Il faut expliquer aussi qu’en sortant inhabituellement tôt du travail, on tombe sur un magasin totalement exceptionnel (qui, c’est sûr, allait disparaître de la surface de la planète le lendemain). Et on a carrément pété un plomb. A 19h30, les bras chargés, on se sent telle une hirondelle en pleine ascension vers l’Afrique. Et là: “bip, bip”, “ tu rentres quand?”…

Qui n’a jamais rêvé dans ces moments-là de se transformer en petite souris? Ni une ni deux, on fait le tour dans sa tête, on se dit, “Mince, qu’est-ce que je vais lui dire?”, on cache les tickets de CB, on essaie aussi d’empiler un sac dans l’autre, histoire de minimiser le tout. On tente de mettre ses vêtements les uns par dessus les autres (on sait faire avec la mémoire sélective masculine sur les tenues du jour de leur copine). Bref, on est dans la panade. Mais il reste une (voire quelques) lueur(s) d’espoir.

La méthode furtive

S’il est de bonne humeur, on en profite et on lui dit que c’était forcément de très bonnes affaires. Avec un peu de chance il sera en train de mater sa série préférée ou de jouer en réseau à Call of Duty et on aura juste à bien ranger le tout dans l’armoire.

La méthode de séduction

D’abord, si vous avez la clé de votre boîte aux lettres : pensez à cacher quelques trucs dedans (mais ne les oubliez pas non plus). Ensuite, on a plus le choix : on saute le pas. On arrive devant la porte et on prépare le regard de cocker, surtout, on sait toujours POURQUOI on a choisit telle pièce: “Mais tu verras avec ce haut je serais ultra présentable devant tes parents au repas du week-end prochain…” ou encore “Cette robe me va super bien non?” dirons-nous en accentuant le décolleté, sous son nez (aucun homme ne peut résister).

La méthode frontale

Après réflexion on opte pour l’affront: à la guerre comme à la guerre, on saute les pieds dans le plat. Si il nous fait une remarque, aïe… On peut se la jouer dominatrice contrariée: “Et oh je suis indépendante, je fais ce que je veux, je ne te dis rien moi quand tu dis vouloir acheter une voiture et c’est largement plus cher que mes soldes à moi!” ou gentille pour laisser passer la vague “Bon je sais, ce sont des achats futiles, mais bon les soldes c’est que deux fois dans l’année !” ou encore la fille incomprise : “Non mais tu ne comprends pas de toute façon, tu es un mec! Pour toi les fringues c’est de la survie, alors que pour nous, les filles c’est LA VIE !”.

La méthode emphatique

Pour le mettre KO sur un “Tu ne voudrais pas sortir au bras d’un thon non? Ou que tes potes disent que je suis habillée comme un sac, hein?… Bon par contre on fera attention en faisant les courses…”. Et puis forcément l’argument choc des soldes, c’est bien sûr qu’ils sont bientôt finis et que ce serait dommage de passer à côté, surtout parce que vous avez perdu 2 kg en deux semaines et qu’on a absolument “plus rien à se mettre” !

La méthode câline

Et si vraiment rien de tout ça ne marche et qu’après 2 heures de négociation, monsieur reste ronchon: un bon gros câlin pourrait changer la donne. Pour amorcer la “chose”, pourquoi ne pas partir sur un “Et puis tu sais c’est à cause du vendeur, il m’a fait les yeux doux et il a dit que j’étais trop jolie avec cette robe…” histoire de titiller sa jalousie…

Et oui, on est futées nous les filles, mais bizarrement, incapables de résister face à une paire d’escarpins (en soldes ou non). La mode aura raison de nous !

Tiphaine Deraison

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *