CHARLELIE ET SON FORT RÊVEUR

Après une longue pause musicale, 2011 sera marquée par le retour sur scène de CharlElie, avec son nouvel album FORt rêVEUR, fêtant ainsi ses 30 ans de carrière. Artiste contemporain pluridisciplinaire, il s’est entièrement consacré ces dernières années à son travail de plasticien et a ouvert en Juillet 2010 « The RE-Gallery », un espace artistique, à la fois atelier et galerie à New York, où il réside depuis plusieurs années déjà.

Retour en France donc pour notre plus grand bonheur ! CharlElie est bien de retour… avant d’arpenter les scènes belges, suisses et canadiennes.

« Nouveau band, ça va donner,
Nouvelles équipes surmotivées ;
Après la distrib’ sur vente privée,
Le CD « Fort-Rêveur » sort fin Janvier.
»

« Fort Rêveur » est effectivement l’état d’esprit, dans lequel nous nous sommes tous retrouvés, en recevant via So’Colissimo cet objet disque « collector », dans notre boite aux lettres, pour la modique somme de 6,00€ (frais de port inclus !). Concept innovant, fascinant et troublant, avec une pochette quelque peu « nostalgie » en format réduit 33 tours… Comment et avec qui avez-vous conçu ce produit ?

Je crois au pouvoir de l’objet. Je crois une peinture, si grande soit-elle devient une miniature une fois réduite à la taille d’un timbre poste. Les gens se sont lassés d’acheter des disques parce que l’emballage dans une boite en plastique transparent n’est pas sexy. En tant que Designer je me suis interrogé sur ce qui pourrait me faire plaisir. Et puis un jour, j’ai trouvé l’idée de cet emballage hybride dont j’ai déposé le brevet, mais les maisons de disques ne voulaient pas y croire et suggéraient qu’il soit vendu 24€. Venteprivée m’a donné la possibilité, en réduisant les intermédiaires, de réaliser cet objet qui pourrait certainement re-booster le marché (rires).

Un marketing zéro défaut ! Une communication hors-pair ! En effet, la vente du CD a été annoncée dès l’automne sur votre site et via Facebook. Puis les villes et les dates de la tournée… Un véritable compte à rebours ! A qui en revient toute cette orchestration ?

Il y a cinq ans lorsque j’ai sorti « NEW YOR CŒUR », j’étais déprimé de constater que la maison de disques n’utilisait pas du tout les avantages de l’internet. J’ai rencontré un jeune type formidable qui m’a proposé de m’aider, en me faisant profiter de son expérience dans ce domaine. Trois mois plus tard Pacôme Vexlard est devenu mon « developer ». Depuis lors, nous échangeons régulièrement des idées qu’il s’efforce de mettre en pratique. C’est ainsi qu’il a trouvé Christine Lorimy qui nous a aidés avec SO-Colissimo et Jacques-Antoine Granjon qui a proposé la distribution directe par venteprivée.com.

Paroles et musique signées CharlElie. Homme libre, indépendant, contemplatif, écologiste, mais aussi révolté, sentimentaliste, émouvant même, arborant des sujets d’actualité poignants, dénonçant le mensonge, l’indifférence, l’abondance et la carence,… C’est un peu tout ça CharlElie aujourd’hui ?…

Je ne sais pas. Peut-être. Oui. J’ai la chance de vivre dans un pays qui m’autorise à écrire ce que je pense. Souvent mes disques sont des étapes. La création c’est un acte d’anticipation. New York est la « villusion » dans laquelle on peut croire que tout est possible. Alors je ne me conforme pas à un modèle mais j’obéis à mes anges…

Les paroles de « Si légère » m’ont particulièrement touchée. L’anorexie, un mal inexorable qui atteint particulièrement les adolescentes et conduit la famille vers une descente aux enfers. Pourquoi avoir voulu dénoncer ce sujet ?

Une chanson permet de dire des choses que l’on aurait du mal à entendre, s’il ne s’agissait que de mots. La musique crée une complicité, elle efface le jugement. Le monde moderne est un monde de séduction, dans lequel l’apparence n’a jamais eu autant d’importance. Pour certains, l’enveloppe suffit, il n’y a même plus de contenu, ni de lettre…

Où étiez-vous lors des attentats du 11 septembre 2001, ce chaos que vous relatez dans « Le Phénix », une ballade au milieu des ruines et de nulle part ?

« Le Phénix » est comme un film qui raconte l’après-chaos. Bien sûr, il y a l’écroulement des valeurs qui a suivi celui des tours, il y a aussi le désastre de Bush et l’état de crise dans lequel le pays a été plongé. Mais, j’ai surtout écrit la chanson au moment de l’élection de Barack Obama qui inspirait aussi l’espoir d’un renouveau fantastique.
C’était aussi mon histoire personnelle : je suis venu ici  après le décès de mon père, en 2003, pour me re-consruire à partir de zéro, dans une ville elle-même qui sortait des ruines, et à une époque où le monde était en train de vivre une complète redéfinition, due à l’accélération des échanges d’intelligences par le biais d’internet.

CharlElie « multiste ». CharlElie « Idéaliste » et « Pacifiste », en quête d’Absolu. Vous avez une chance inouïe de pouvoir transmettre tous ces messages à travers vos œuvres artistiques ; musicales et visuelles ! Ce besoin de partage semble inépuisable.  Comment l’expliquez-vous ?

Je mourrai sans avoir pu faire le quart de ce que j’aurais voulu faire. Mon ordinateur est rempli de chansons que je ne chanterai jamais, de photos qui ne seront jamais publiées.
Je suis né pour créer, c’est une vocation, l’évidence de ma destinée, je n’y peux rien.
Sur mes relevés scolaires, quand j’avais 12 ans les profs avaient marqué : Nature d’artiste, un volcan d’idées, tempérament d’artiste. A l’époque, c’était peut-être ironique, aujourd’hui, je prends ça comme des compliments.

Retour en France pour quelques mois avec, pour seul objectif, le partage de la scène avec votre public. La communication sera beaucoup moins intimiste que dans votre atelier new-yorkais, comment envisagez-vous cette rencontre imminente ?

Je suis impatient de donner corps à ces élucubrations, qui jusque-là n’ont été partagées que dans la virtualité. La scène fait exister les chansons, tout comme les expos font exister les œuvres.

CharlElie Chanteur en France ! CharlElie Plasticien à New York ! Mais, CharlElie « Multiste » sur quel continent est-il reconnu ?…

Connu c’est une chose, REconnu c’en est une autre. Disons que lorsqu’on ne vous voit plus sur terre, alors on vous imagine en l’air.

CharlElie
NewYork 
2011

Retrouvez toutes les informations relatives à CharlElie On Tour sur http://fortreveur.com/

Propos recueillis par Armelle H.

Credit photos : Marc Dubord

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *