MOI AUSSI JE SAIS SHOPPER !

Et oui, c’est comme ça, depuis quelques jours, notre rédac mode qui vous avait fait tellement rêver avec ses sélections shopping présentant des tenues inspirées de ses folles aventures a disparu ! On ne sait pas si elle est retournée dans sa yourte, partie revoir ses amis anglais ou bien si elle a pris le premier avion venu pour rejoindre son bel hidalgo en Italie…

Ce qui est sûr, c’est que les pages shopping manquent cruellement de contenu depuis désormais un mois. Et ça, ça va pas du tout ma chérie ! Alors si tu nous lis, sur ton iPad, tranquillement installée en terrasse près du Duomo, ou bien encore, dans un cyber café en Mongolie, reviens-nous vite ! Tu manques à tes lecteurs !

Alors pour célébrer son absence, et lui rendre un petit hommage pour qu’elle revienne au plus vite, je me suis inspiré de sa dernière sélection. Rappelez-vous, c’était « La mâle aux trésors« , la première sélection shopping masculine sur Pose Mag.

Parce que c’est vrai, le shopping quand on est un garçon, c’est pas toujours facile. Après des années d’achats accompagnés par maman, c’est généralement la petite amie qui prend le relais pour assurer un vestiaire correct à son compagnon ! Mais aujourd’hui, j’ai envie de prôner l’émancipation 2.0 du shopping masculin. Et pour cela, rien de plus facile, alors tous à vos claviers !

Dans sa dernière sélection, notre rédac mode préférée conseillait à son petit ami le site www.asos.com pour aller chercher bonheur dans son placard. Alors je me suis rendu sur ce site, pour commencer ma tenue. Mais dans un désir de montrer à toutes les filles, que nous aussi, on peut shopper sur le net, je ne m’en suis pas tenu qu’à ça.

Il me restait alors juste à trouver un thème, quelque chose qui plairait à coup sûr aux filles ! Et j’ai pensé à cette série qui les émoustille toutes, la dénommée Gossip Girl, et à son personnage bourré de testosterone, le mystérieux Chuck Bass. Vous voulez toutes ressembler à Blair ou Serena, mais nous aussi on peut tenter de s’identifier au peu de références que l’on a !

Alors je peux vous dire que pour l’occasion, j’ai shoppé comme un fou ! Je suis parti d’une base 100% Asos.com, avec un pantalon de costume « trop la classe mais pas bling bling non plus », gris à carreaux, et un peu slim. Ensuite, un cardigan bleu « flashy mais je fais pas mal aux yeux non plus », légèrement oldschool pour casser un peu le style classique du pantalon. J’ai ensuite chaussé mes KG By Kurt Geiger, couleur bleu marine et brillantes (mais pas plus qu’il n’en faut), et j’ai fini avec une petite umbrella (ella ella ey ey ey, vous connaissez la chanson, bravo !) motif tartan, pour avoir vraiment la classe ! J’ai dégainé la carte, et j’ai réglé en ligne mon panier. Ça, c’est fait !

Ensuite, j’ai filé sur Google pour taper Topman, parce que oui, Topshop, c’est aussi pour les hommes, et même qu’on a un site rien que pour nous ! Et là, j’ai encore shoppé, shoppé, shoppé… Dans mon panier, une chemise en jean gris, pour accentuer mon style top vintage, avec les bretelles assorties qui vont bien, une montre trop cool, et assortie à mon cardigan, et hop, j’ai tapé mon login et j’ai réglé mon panier.

Restait à peaufiner un peu la tenue, histoire d’être so Chuck, et so je maîtrise le shopping sur Internet. Alors j’ai terminé avec une housse bien sympatoche pour mon iPad et pas chère car trouvée sur un site discount (mais chut !), une paire de Rayban, avec un plan de métro sur les branches intérieures, histoire de pouvoir être toujours gentleman sauveur, en cas de jeune fille charmante qui cherche son chemin, et enfin, un nœud papillon 100 % français, de la marque Monsieur Jean Yves, qui ferait tomber n’importe quelle Blair qui me croise.

Le fin mot de l’histoire, c’est qu’on peut trouver facilement son bonheur, et qu’avec une tenue comme cella-la, on est sûr de ne pas passer pour un looser du shopping. Après, c’est juste un nouvel état d’esprit. Parce que quand on part de zéro, et que comme là, on a tout à acheter, certes, on devient stylé, mais on finit ruiné !

Bisous bisous mes amis.

Enrique Lemercier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *