UN ARTISTE « MULTISTE » : CharlElie COUTURE !

http://www.charlelie-artspace.com/

« Les limites de l’Être sont celles que chacun se choisit pour lui-même. »

Né le 26 Février 1956 à Nancy, CharlElie Couture est avant tout un Créateur Talentueux aux multiples facettes. À la fois chanteur, compositeur, auteur, poète mais également photographe, sculpteur, peintre, il se définit comme un artiste « multiste ».

L’Art et la Manière de tout Maîtriser, sans jamais se mélanger les pinceaux !

Cette année, la Biennale de la Photo à Lyon, intitulée « US TODAY AFTER… » 9PH 2010, nous propose diverses expositions d’artistes américains, dont une retiendra tout particulièrement mon attention. CharlElie Couture exposera ses œuvres en Solo Show chez A.del Gallery – 33 rue Auguste Comte – 69002 LYON.

Une occasion inespérée ! Il fallait que je rencontre cet artiste que je croisais souvent jadis dans les rues de Nancy, en compagnie de son frère Tom Novembre ; originaire moi-même de cette ville.

…….

…….

Pourquoi avoir choisi NEW YORK pour vous installer ?
J’ai fait des allers et retour réguliers pendant vingt ans entre la France et NYC. Un jour j’ai choisi d’y vivre avec ma famille, nous avions tous quelque chose à y trouver, moi, j’avais besoin de me reconstruire. Je suis parti « pour ». New York est une des capitales de l’Art Contemporain et j’avais envie de nager dans le grand bain.

Était-ce un nouveau départ, une terre promise à vos yeux ?
New York est une ville qui accepte l’idée qu’on peut RE-commencer. D’ailleurs les Américains appellent « Renaissance Man » celui qui comme moi, travaille dans plusieurs secteurs de l’activité créatrice. Je suis allé RE-naître en effet à Manhattan.

Quel accueil réservent les Américains aux artistes français ?
Les Américains sont en général assez pragmatiques, et souvent rapides. Coups de cœur et coups de tête, la Américains n’ont pas peur des coups et souvent ils veulent que ça aille vite. C’est une des raisons pour lesquelles, ils préfèrent travailler avec des gens qui sont sur place. Du coup ils travaillent majoritairement avec des artistes Américains dont ils comprennent les codes.

Quelle impression ressentez-vous lorsque vous achevez une de vos œuvres ?
Photo, texte, musique ou peinture, quand j’ai fini une œuvre, en général je me sens soulagé, comme quelqu’un qui a transformé une envie en quelque chose de partageable.

Ce sentiment est-il variable d’une œuvre à l’autre ?
Qu’il s’agisse des arts visuels, d’écriture ou de musique, j’aime avoir le sentiment qu’une œuvre ne m’appartient pas, sans tenir compte du fait que j’en sois ou non l’auteur.

Que cherchez-vous à communiquer à travers votre pinceau ?
L’Art est une formalisation du mystère intérieur.

Quels sont vos maîtres de référence ?
Les influences évoluent, aujourd’hui, je citerais :
– Pour la peinture : Robert Rauschenberg – Keith Haring – Cy Twomby – Kandinsky, Viallat, Damien Hirst, Tapies et Joseph Beuys.
– Pour la sculpture : Louise Nevelson, Dubuffet .
– Pour la photo : Saul Leiter, William Klein, Leon Levinstein, Robert Frank, Helen Levitt, ou le travail Art/Photo de Bernd & Hilla Becker, Man Ray ou Robert Longo.

Quel est le lien direct entre la chanson, l’écriture, la poésie, la photographie, la peinture, la sculpture, en dehors de CharlElie ?
Mon cerveau reptilien, peut-être, je ne sais pas… non, il n’y a aucun lien « direct »…

Vous venez d’ouvrir votre propre galerie « The RE Gallery » à NY, avec un concept novateur, puisque la galerie s’ouvre directement sur votre atelier.
Oui. Enfin, dans l’Art plus que nulle part, chaque  « cas » est particulier. D’autres artistes ont aussi ouvert une galerie pour y présenter leur travail, je pense notamment à Keith Haring qui l’avait fait dans les années 80. Cela m’a sûrement inspiré…

Ne craignez-vous pas que le fait de vous exposer ainsi freine votre créativité ?
Je ne pourrai le constater qu’après coup… Pour l’heure cela m’excite beaucoup d’être en prise directe sur la réalité. Je travaille d’ailleurs sur une œuvre directement inspirée par ces rencontres inopinées…

Vous vous complaisez à composer, à jouer avec les formes, les couleurs, les angles. L’œil du photographe est-il plus pointilleux, plus exigeant que le pinceau du Maître ?
La photo est une captation du réel, la peinture est une fenêtre ouverte vers l’invisible. D’un côté il s’agit de révéler quelque chose qui existe déjà, de l’autre il s’agit de créer à partir de ce que l’on a en soi.

Quels conseils donneriez-vous à un artiste en herbe talentueux ?
L’Art est une quête, une sorte de parcours spéléologique à l’intérieur de sa propre mémoire. Quand on arrive au fond d‘une galerie, on creuse un peu et puis on ressort avec un petit morceau de minerai dans une besace. A ce moment seulement on peut voir au grand jour ce qu’on a rapporté… Et puis à nouveau, on retourne travailler dans l’ombre, et puis ressortir et y retourner, cela sans fin. Pour être artiste, il faut avoir en soi, ce que j’appelle « la foi de l’orpailleur »…

Au bout de 7 ans à NY, avez-vous atteint vos objectifs ?
La galerie que je viens d’ouvrir, va me donner l’autonomie dont je rêvais en effet…

Que n’avez-vous pas encore réalisé ?
Je suis un créateur, autant qu’au premier jour, il me plaît de créer, de construire. Ce que j’ai déjà accompli, me sert de base pour inventer ce que sera demain. Tout ce qui n’a pas été fait reste à faire !

Envisagez-vous de regagner la France dans un proche avenir ?
C’est vrai que je ne rentre pas très souvent… néanmoins, j’ai du plaisir à y revenir pour montrer ce que New York m’a inspiré.

Les photographies de CharlElie COUTURE ont cette particularité qui leur confère un caractère unique. Il y apporte sa touche personnelle de « grapheur », en les taggant subtilement.

…….

…….

…….

…….

CharlElie COUTURE nous surprend encore aujourd’hui avec sa première cuvée, composée de 1956 bouteilles numérotées (année de sa naissance), dont la création originale repose également sur la bouteille, made in CharlElie, contenant un vin Graves d’exception.
Avis aux amateurs !

Continuez à nous subjuguer M. CharlElie, on adore ça !

Propos recueillis par Armelle H. le 24/08/2010

6 thoughts on “UN ARTISTE « MULTISTE » : CharlElie COUTURE !

  1. Je serais à NYC pour la première fois du 16 au 24 octobre et oui, j’ai hâte de me rendre dans votre ‘galerie concept’ (je ne sais comment l’appeler) pour vous découvrir ‘pour de vrai’!
    a bientôt !
    Marie-Agnès

  2. On ne peut pas définir CharlElie, il EST !
    Merci ma chère Armelle H. pour ton excellent article.
    Je suis un fan inconditionnel de Nancy, bien sûr.

  3. CharlElie, c’est une Pochette Surprise, c’est un Poème Rock, 109 Poèmes Electro, l’Art et Scalp sous son Casque Nu qui à Melbourne Aussi, près du Crocodile Point, avait une Double Vue. Les Naïves Solo Girls ne savent quoi penser et Quoi Faire du Pêcheur qui commença par écrire 12 Chansons Dans La Sciure; les Solo Boys reste Soudé Soudés au Victoria Spirit…

    CharlElie, c’est LE New Yorcoeur!!!

    Armelle R.G.

  4. BRAVO à l Artiste Lorrain fiere de notre region et de tous ses Artiste <<<<<bien dit Armelle New Yorcoeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *