LA IT GIRL EN PLASTIQUE

A l’âge de six ans, lorsque l’on me demandait ce que je voulais pour Noël, la réponse était inévitablement la même. Elle était présente sous chaque sapin de mon enfance, à chaque anniversaire, à chaque retour de l’école. Comme des millions de parents, jamais les miens ne se sont préoccupés de savoir si mon image de la femme et de la sexualité allait être perturbée par la bête noire des féministes, j’ai nommée la poupée aux milles identités, Son Altesse Sérénissime du rayon jouet: Barbie.

La demoiselle a traversé les générations de petites filles sans prendre une ride (voire même en rajeunissant), mais non sans accuser le coup. Le coup de la génération SMS, Internet, Gadgets à puce incorporée… Mais Barbie n’est pas du genre à se laisser sacrifier sur l’autel de la tendance sans se battre gloss et ongles, je la connais bien!

En bonne californienne, Barbie possède un excellent publiciste, certaines personnes à la rédaction soupçonnent même Amanda Woodward d’être derrière le nouveau tournant qu’a pris sa vie, depuis 2004. Car c’est là que tout a commencé, avec le retentissant divorce qui a fait pleurer le monde entier: Barbie a largué Ken. Elle s’est acoquinée avec un petit jeune, un certain Blaine, surfer de son état, bleached blond, australien, … Tout cela ressemble beaucoup à une crise de la quarantaine, mais passons.

Barbie débarrassée de l’encombrant Ken, elle a pu amorcer son virage fashion, afin d’émoustiller l’âme enfantine des fashionistas de plus de 20 ans pour qui la poupée Mattel était la vraie Queen Bee, mais aussi l’âme des modeuses des bacs à sables (leurs descendantes).
En 2008, elle trouve chaussure à son pied en la personne de Christian Louboutin, qui en fait sa nouvelle muse. Il lui imagine une paire d’escarpins à bouts ouverts à son image: rose. La collaboration se poursuit depuis, et c’est aujourd’hui toute une garde-robe que le créateur lui confectionne. Barbie & Christian, ce sont 3 poupées disponibles sur net-à-porter, aux alentours de 100 euros. Quand maman s’offre une paire de Louboutin, pourquoi ne pas permettre à la petite dernière d’en profiter à sa façon?

Mais, peu satisfaite d’être l’égérie du chausseur le plus couru de la planète mode, celle qui fut vétérinaire, actrice, sirène, institutrice, mariée, Reine d’Angleterre, bergère et j’en passe, se lance à la conquête des classes plus modestes, en collaborant avec le site de prêt-à-porter préféré de tous les petits budgets: Asos. Un concept plus ou moins identique qu’avec Louboutin, il s’agit ici de pouvoir s’offrir toute une gamme de Barbies (et ses amies) vêtues de la mythique petite robe noire. Déclinée en de multiples versions, la robe noire peut s’accompagner de nombreux accessoires vendus séparément, car les modeuses averties vous le diront: être bien habillée, c’est savoir accessoiriser.

Ainsi, après plus de 50 ans, Barbie continue de transmettre un message universel de bonheur et de paix: « Je suis géniale ».

Marine Revel

One thought on “LA IT GIRL EN PLASTIQUE

  1. elle est trop géniale cette Barbie ! petite question un peu hors sujet; Ken s’en est remis de ce largage?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *